Chargement en cours
Ma sélection

Lot 66 - Hans HARTUNG - « T-1952-45 », 1952 - Huile sur toile signée et datée en bas à [...]

Estimation : 200 000 € / 300 000 €

Adjugé 316 000 €


Résultat avec frais

Hans HARTUNG
« T-1952-45 », 1952
Huile sur toile signée et datée en bas à gauche
50 x 65 cm


Provenance :
- Galerie Beyeler, Bâle
- Collection particulière, Bruxelles

Exposition :
« Hartung », Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1954

Bibliographie :
Sera répertorié dans le catalogue raisonné de l’œuvre de l’artiste en préparation par la Fondation Hans Hartung et Anna-Eva Bergman

« Par ces grandes formes qui s’évaporent, s’égarent ou s’étalent en larges plages, je tâchais de fixer le dynamisme et la constance des forces qui créent la matière, la lumière, l’esprit. Sujet qui m’a toujours passionné»
Hans Hartung

De tout temps, Hans Hartung a eu conscience que la réalité de l’art passait par la dépossession de son soi-même au profit d’éléments concrets graphiques et plastiques. Conscience aussi que malgré l’intelligence et la connaissance technique, on ne fait jamais la peinture que l’on veut mais la peinture que l’on peut. S’il ne fait pas de doute que la « qualité » ouvrière est indispensable à la création de l’oeuvre, c’est le travail de l’instinct et de la sensibilité qui fait la qualité « humaine » du tableau. Formes et couleurs affirment leur logique, leur enthousiasme à l’intérieur du rythme, là où s’exprime l’affrontement des formes, la circulation visuelle des contraires, des dialogues et des points, des épaisseurs et des finesses.
Ce tableau « T1952-45 » créé en 1952 se présente comme une œuvre d’enthousiasme à la perfection toute mozartienne où rien n’est laissé au hasard alors que c’est justement tout ce que lui apporte le hasard qui fait la qualité poétique du tableau. Œuvre qui s’appuie sur un automatisme à terme dont les divers éléments picturaux circulent sans retenue, passant de la douceur d’un ton a des stridences foudroyantes qui jettent l’anathème sur de pseudos vérités incarnées. L’objectivité picturale de ce tableau, née du conscient comme de l’inconscient, s’exprime en traits gras ou maigres, gonflés, évidés, hachés, veloutés, légers ou appuyés. Œuvre linéaire capable de donner une forme matérielle à ce qui n’a pas de corps. Tableau dans lequel tout est découverte, invention, renouvellement. Sous le pinceau de Hans Hartung le tableau s’offre comme un pur foyer de lumière, une vérité picturale qui se propage mystérieusement du créateur au spectateur ; de conscience à conscience. Grammaire visuelle où l‘éloquence du silence affirme l’immobilité d’un mouvement en lutte avec les contrastes qui animent les formes positives tout autant que les formes négatives.
Hans Hartung sait que dans la vie comme dans l’art, rien n’est donné, que tout doit se conquérir. Si l’on veut échapper à la pesanteur, il faut l’avoir calculée, comme il faut connaître les règles de l’harmonie si l’on veut maitriser les dissonances à l’intérieur de la gamme chromatique. C’est seulement en vivant en union intime avec l’idéal plastique que le peintre, une fois sorti de la sphère de son ego, peut donner vie à son tableau. En ce sens, cette œuvre est une concrétisation condensée du désir qui spontanément se transcende lui-même jusqu’à atteindre la vérité recherchée.
Si le geste est prépondérant dans l’œuvre de Hans Hartung, parce qu’issu d’un état de concentration extrême, c’est toutefois la lumière qui est la manifestation la plus intense de l’idéal de vie du tableau. Mais cette lumière se doit d’être pure, non cristallisée, afin de se rapprocher d’un cosmos concentré tel un hiéroglyphe héraldique. Dépourvu d’éléments figuratifs, ce tableau de Hans Hartung s’offre à notre regard comme une icône abstraite chargée d’une exceptionnelle énergie « tensionnelle ».
Dans cette œuvre « T1952-45 », lumière et sismographie picturale se rejoignent selon l’état d’émotion du peintre et traversent la toile si intensément que l’on pourrait parler de religiosité païenne. En s’opposant au décoratif, en mettant un frein à la spatialité, en refusant au motif de flotter dans l’espace, Hans Hartung s’oppose aux conventions de la modernité classique au profit de la réalité du geste abstrait.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes